Diabète – Votre séjour à la montagne

L’air de la montagne, l’activité sportive qui l’accompagne et des bons repas qui tiennent au corps pour braver le froid. Pour les chanceux qui auront la possibilité de partir en vacances d’hiver c’est le programme qui vous attend. Quelle chance !

Pour les diabétiques, tout changement de rythme, d’environnement et d’alimentation peut être une source de problèmes. C’est pourquoi nous allons tenter dans cet article de vous préparer au mieux à votre séjour.

Malheureusement cet article n’est pas supervisé par un professionnel de santé, il se base tout de même sur des sources fiables (que vous retrouverez en fin d’article) et sur plusieurs expériences de diabétiques insulino-dépendants. Nous vous conseillons de prendre ces conseils comme ils sont : seulement des conseils et non des recommandations médicales validées. Nous essayerons de faire valider l’article aussi vite que possible.

 

Pendant votre séjour au ski vous devez faire attention à plusieurs paramètres : une activité sportive bien plus intense que la normale, des températures qui peuvent avoir des incidences sur vos appareils de contrôle et votre insuline, une alimentation plus riche et dans certains cas des facteurs extérieurs parasitants comme la haute altitude. Nous allons donc voir chacun de ces points pour que vous puissiez profiter pleinement de votre séjour. Keep cool vous êtes en vacances !

L’activité sportive

La montagne vous offre la possibilité d’effectuer une activité sportive dans un cadre idyllique. Il est donc important et fortement conseillé d’en faire. Il faut néanmoins prendre certaines précautions : le matériel utilisé, la régularité des contrôles de glycémie, la conservation de l’insuline.

Le matériel utilisé

Si il y a bien un endroit où vous devez éviter les économies c’est bien celui-ci. En effet, vos articulations mais surtout vos pieds vont être soumis à rude épreuve. Le choix de vos chaussures de ski est donc primordial ainsi que l’hygiène que vous allez apporter à vos pieds.

Voici des conseils trouvés sur internet pour le choix des chaussures :

Une fois le pied glissé dans la chaussure, il faut fermer les crochets aux premiers crans. Si vous allez plus loin, ça veut dire que le volume de la chaussure ne vous convient pas. Il ne faut pas écraser la coque, trop la serrer et surtout, dans le magasin, votre pied est au chaud, il est dilaté. Sur les pistes, il sera un peu moins volumineux et la chaussure devra être plus serrée. Il convient donc de se garder une latitude de serrage.

Il faut également prendre en compte le fait qu’un chausson se tasse dès les premières sorties. Il perdrait 10% de son volume dès les trois premières sorties. Les crochets serrés, il faut se concentrer sur son talon qui doit être enveloppé et ne doit pas se décoller quand vous faites des flexions sur l’avant, semelle au sol.

L’autre élément important concerne l’avant du pied. La sensibilité du skieur, la précision de pilotage passent par cette zone. Les métatarses doivent être maintenus mais pas flottants. En tentant des pivotements latéraux, on se rend vite compte si le pied bouge (pas bon) ou non. Quitte à être un peu ridicule sur la moquette, il faut garder au moins trente minutes les chaussures fermées au pied, rien ne vous empêche de glisser le MP3 dans les oreilles pour faire passer le temps…

Source : http://www.skiinfo.fr

Quoiqu’il en soit, prévenez le vendeur que vous avez un pied délicat et que tout problème pourrait avoir des complications sérieuses. Au moindre doute allez revoir le vendeur pour changer vos chaussures de ski.

L’hygiène

Vos pieds vont beaucoup transpirer et l’humidité ambiante va s’imprégner dans vos chaussettes. Il est donc important de changer ou laver vos chaussettes tous les jours.

La gestion des glycémies

La réaction du corps à l’exercice physique est propre à chacun. Le ski et la randonnée en montagne sont des activités sportives intenses pour lesquelles il convient de faire attention à certains points.

Adaptation des doses d’insuline

Vous devez adapter votre dose d’insuline à l’activité sportive que vous allez pratiquer. Pour les activités intenses il est souvent recommandé de diviser par deux votre dose d’insuline rapide la plus proche de l’activité sportive. En séjour d’hiver ce seront donc le petit déjeuner et le déjeuner qui devront être adaptés. Il est conseillé de réduire 30 à 50% sa dose d’insuline.
N’oubliez pas non plus que les muscles se resucrent 2h après un effort important. Si vous êtes limite à la fin de votre journée de ski, prévoyez de quoi vous resucrer.

Contrôles, contrôles et contrôles

Tout d’abord, vous devez vous contrôler avant de commencer votre journée. Votre glycémie ne doit pas être trop basse, idéalement elle doit se situer entre 1,20 et 2 g/l ce qui est au dessus des valeurs « normales » mais logique car vous allez consommer beaucoup d’énergie. Si vous êtes limite ou trop bas : consommez une banane ou un sucre lent et attendez un peu que votre corps l’assimile.

Pensez à vous contrôler plus que d’habitude : faites vous un contrôle pendant l’attente à la remontée mécanique, toutes les heures au minimum. Prévoyez donc dans votre valise suffisamment de bandelettes et votre ordonnance.

Ne comptez pas uniquement sur vos sensations propres : le froid et l’effort viennent parasiter vos sensations habituelles que vous ressentez quand vous faites une hypoglycémie. A une haute altitude, le mal aigu des montagnes peut provoquer la même sensation. Le maître mot est donc « Contrôle ».

Transformez vous en épicerie ambulante : prenez avec vous Glucagon, barres de céréales, sucres rapides. Pensez aussi à boire beaucoup.

Gardez au chaud vos appareils de contrôle et votre insuline

Le froid est un des nombreux ennemis du diabétique pour plusieurs raisons : tout d’abord, le froid agit sur vos glycémies, il est donc important de bien vous couvrir avec 3 épaisseurs. Ensuite, l’insuline perd de son efficacité en dessous de 0°C. Vous devez donc la conserver contre votre corps afin de la garder à une température raisonnable. Enfin, votre appareil de contrôle ne supporte pas des températures « hors normes » et très peu la haute altitude (>3500 m). Il convient donc de le sortir qu’au dernier moment et le garder prêt du corps aussi.

L’alimentation

On ne va pas se le cacher, la nourriture montagnarde tient au corps. Compte tenu que vous avez une activité physique importante en parallèle on pourrait presque se le pardonner. Voyons quelques classiques et désolé si nous oublions votre plat favori, n’hésitez pas à nous le laisser en commentaire ;).

 

1

La raclette

Incontournable lors de votre séjour en montagne, la raclette est composée principalement de pommes de terre, charcuterie et fromage fondu. Il est donc important de compter les pommes de terre comme source glucidique principale. Si vous buvez du vin blanc sec, en quantité raisonnable, vous n’êtes pas obligé de le compter. Par contre un vin blanc doux est plus sucré et donc vous pouvez compter 10g de glucides par verre soit 0,5 Portion*.
Une pomme de terre de la taille d’un oeuf équivaux à 10g de glucides soit 1/2 portion.

Crêpe

Les crêpes

Il n’est pas rare de voir une crêperie « Bretonne » dans les stations de ski.
Vous devez compter les glucides en fonction de la garniture de la crêpe : si vous avez un mélange de type raclette ou tartiflette, vous devez compter les pommes de terre et la crêpe. Une crêpe de ce genre peut s’avérer riche : 1 portion (20g de glucides) pour une grande crêpe et une pomme de terre moyenne par crêpe soit 1,25 portions (25g de glucides). Une crêpe raclette contient donc un total de 2,25 Portions (45g de glucides).

Tartiflette

La tartiflette

Grand classique de nos repas en montagne, cette dernière est généralement accompagnée de salade histoire de nous donner bonne conscience ;). Une part de tartiflette contient environ 250g de pommes de terre. Il faut donc compter en moyenne 2,5 portions (50g de glucides) dans votre assiette.

Fondue savoyarde

La fondue

Vous avez deux types de fondues.

  • La savoyarde, composée d’un mélange de fromages fondus avec un peu de vin blanc, dans laquelle on trempe un morceau de pain (attention au gage si vous faites tomber le morceau dans la cocotte ;)). Ne comptez ici que le pain si vous ne mangez que ça: comptez 1 portion pour 40g de pain.
  • La bourguignonne composée de viande que l’on plonge dans un bain d’huile chaude. La viande ne contient pas de glucides donc l’apport des glucides proviendra principalement des sauces et des légumes qui accompagneront votre fondue.

Tourte fourrée de pomme de terre et lardons

Tourtes

Il est habituel de trouver aussi des tourtes dans les stations de ski. Une tourte est composée de deux pâtes qu’il ne faut pas oublier de compter : 1,5 portion soit 30g de glucides pour une portion (1/5 de tourte) rien que pour la pâte ! Les glucides totaux diffèrent grandement en fonction de la garniture. Pour une garniture à base de pommes de terre vous pouvez compter 1 portion de glucides supplémentaire. Une part de tourte (1/5) aux pommes de terre contient donc environ 2,5 portions soit 50g de glucides.

* Portions de glucides utilisées dans le cadre de l’insulinothérapie fonctionnelle. Ici on parle de portions de 20g de glucides. Faites attention car certaines équipes médicales comptent en portions de 10g.

Conclusion

Passez un bon séjour et ménagez-vous. Si vous n’êtes pas un grand sportif, écoutez votre corps et n’en faites pas plus que de raison. Le ski est une activité « sensible » pour les diabétiques. Cela ne veut pas dire que l’on vous déconseille d’en faire mais plutôt que vous devez apporter une attention toute particulière à vous et vous contrôler le plus souvent possible. Si vous lisez cet article une ou deux semaines avant de partir alors commencez de suite un entrainement quotidien (marche, vélo) pour éviter de trop souffrir de trop de sport (ce conseil ne s’applique pas qu’aux diabétiques 😉 ).

Profitez bien ! Et n’oubliez pas la crème solaire !

Sources :

  3 comments for “Diabète – Votre séjour à la montagne

  1. LocationVacancesSki.com
    septembre 12, 2014 at 4:05

    Merci infiniment pour cet article très intéressant.

  2. Nina
    novembre 15, 2015 at 8:55

    bonjour, j’ai une question par rapport à mon appareil glycémique, qui est un Accu Check, appareil qui contient auto-piqueur et cassettes de bandelettes. J’ai peur que lors d’un chute, j’abîme, voire casse mon appareil, qu’en pensez vous?

    • admin
      admin
      novembre 26, 2015 at 6:18

      Bonjour, le risque existe bien lors d’une chute mais ces appareils sont quand même solides. Evitez l’eau car ils n’aiment vraiment pas ça :)

Laisser un commentaire